Et si tout était psychosomatique ?

Et si tout était psychosomatique ?

 

Difficile question, d'abord à poser puis à tenter de résoudre, non sans choquer et heurter la sensibilité. Si la démonstration le permettait, quel avenir pour nos médecins ? Tout serait trop simple finalement. L'asthme, l'otite et d'autres maladies commencent à prendre sens dans le registre des maladies dites psychosomatiques, mais toutes les autres ? Pas le cancer en tous cas, telle serait la première réponse de personnes touchées par celui-ci ou par des proches décédés de ce type d'affection.

 

Prenons une société de type comme la notre, un village plus précisément touché par le virus de la grippe. Qu'est ce qui amène une partie de la population à developper la maladie alors qu'une autre partie passera au travers. Question d'anticorps, de résistance physique à ce moment, mais toutes nos défenses immunitaires ne sont-elles pas produites et commandées par ordre du cerveau. Quant la tête va ou ne va pas le corps suit de même et inversement.

Allons plus loin dans la provocation et avançons que si untel déclare la grippe, c'est que cela répondait à un besoin. Chaque maladie serait l'expression consciente d'un malaise inconscient. Est-il possible dans ce cas alors de cataloguer toutes les maladies, de les décoder et de leur faire correspondre une réponse inconsciente. A première vue ce serait l'idéal dans la seule fin d'un traitement. L'ébauche de ce raisonnement existe déjà dans nos sociétés, on s'aperçoit que le moral du malade joue pour beaucoup dans l'évolution de sa maladie, de là à tout recentrer sur cette origine le pas ne se fait plus.

Nous pourrions prendre des malades de toutes origines et agir dans une visée du pourquoi avoir eu ce besoin de déclencher tel ou tel symptome mais premièrement ce serait par rapport à nos lois rentrer sous le coup de non assistance à personne en danger et deuxièment sans aucun fondement théorique au préalable. Si nous commençions d'abord par comprendre les processus qui se mettent en place avant de penser à guérir.

La suite prochainement...