Prénoms mythologiques

Prénoms mythologiques

 

Certains prénoms trouvent leur inspiration dans la mythologie grecque ou romaine, on ne peut consciemment laisser de côté l'histoire qui se rapporte à telle ou telle croyance. Cassandra (Cassandre dans la mythologie), a été condamné par les Dieux à pouvoir prédire l'avenir sans que jamais personne ne puisse la croire. En France ce prénom a longtemps été refusé parce que Cassandre ne pouvait annoncer que les malheurs et les fléaux. Nul est besoin de rappeler ce à quoi renvoie Abraham, certes il est peu usité en France mais on le trouve néanmoins ancré dans certaines familles.

 

 

 


On trouve des Narcisse, des Diane, Orphée... A ma connaissance aucun nom de Dieux : Zeus, Mercure, Apollon, ces noms sont en général réservés aux animaux, mais le fantasme reste présent. Lorsque des parents sont à la recherche d'un prénom et qu'un dictionnaire de la mythologie leur tombe entre les mains, ils iront bien souvent à la rencontre d'un héros peu connu, dont l'histoire révèle un fantasme inconscient caché, une régression vers l'enfance. Le prénom du fils ou de la fille sera la projection inconsciente d'un «rôle» que le père ou la mère a joué petit(e) et plus souvent une projection actuelle de soi. On s'identifie «dans ses rêves les plus cachés» à ce personnage, l'enfant en devenant l'illustration, la concrétisation.

 

 

 


Un exemple lié à la mythologie m'a surpris. Il s'agit d'une femme originaire d'Haïti, elle est tombé enceinte et ne s'est pas soucié du choix du prénom de son enfant. A la naissance, la petite fille ne pesait guère plus d'un kilo. Elle a vécu son accouchement comme celui d'un bébé miracle. Et sans réfléchir l'a prénommé Chloé Grâce. Mais n'a jamais su pourquoi elle fait ce choix et quelle était l'origine de ce double prénom. Chloé l'a renvoyait juste à un nom de parfum (Narcisse).

 

 

 


Chloé est un prénom apparut dans les années trente en France en même temps que Daphné (lui aussi d'origine mythologique). Il vient du grec «jeune plante». Il aurait été donné à une plante mythologique dont la graine restait longtemps sous terre avant de germer puis poussait très vite.

 

 

 


Nous retrouvons donc une double association mythologique, Chloé à Narcisse, Chloé à la plante.

 

Quant à Grâce, il renvoit au terme «à la grâce de Dieu», touché par la grâce de Dieu, expression que l'on utilise en rapport aux miracles ou aux personnes miraculées.

 

 

 


Le hasard de ce prénom Chloé Grâce, n'en est plus un. Mais l'origine réelle était inconnue de la maman et ne savait pas ce que voulait dire ces prénoms ni d'où ils venaient. Pourtant le prénom est approprié à l'événement de la naissance de cette enfant et de son très faible poids.