Hystérie et prénoms

Hystérie et prénoms

 


Il n'y pas la place ici pour s'acheminer vers une tentative de définition de l'hystérie, nous parlerons seulement de composantes hystériques plus ou moins prononcées chez certaines personnes. Je voue un intérêt assez particulier aux comportements de type hystérique. Mon observation m'amène à penser que l'hystérique possède un message codé d'une force et d'une portée extraordinaire. A commencer par cette capacité de manipulation hors du commun, l'hystérique est celui qui trompe, cette capacité d'adaptation à l'autre est prodigieuse, instinctivement il se met sur le même mode de fonctionnement et sans réellement se rendre compte de ses «pouvoirs» va user et abuser de l'autre. Le charme est un facteur commun à tous ceux que j'ai déjà pu rencontrer, un incroyable pouvoir de séduction suivi de l'émission d'une plainte égale aux sirènes qui attirait les marins, car telle est la démarche de l'hystérique, piéger dans ses filets, utiliser aux dépens puis «laisser mourir». Il cherche l'Amour, avec un grand A, l'homme ou la femme censé prouver qu'il / elle existe. En extrapolant on pourrait même imaginer que l'hystérique possède un scan permettant de lire les pensées plus exactement les pulsions inconscientes de qui il côtoie.

 

 


Il est difficile de le détecter au premier abord, je me suis même demandé s'il n'y avait que les hystériques qui pouvaient se reconnaître entre eux, comme dans les relations animales où l'on délimite son propre territoire, une «chasse gardée» exclusive que l'on protège. On est loin de ces scènes de Breuer, ces fameuses crises d'hystérie, ces ex-sorcières que l'on brûlait sur le bûcher. A chaque siècle son hystérique, aujourd'hui il tend à être moins extériorisant, plus discret et peut être plus nombreux par voie de conséquence. L'idée que se fait la société en général sur l'hystérie a cela de gênant qu'elle assimile le comportement à celui d'un grand malade mental. On ne peut ici parler d'hystérie sans que le lecteur ne se renvoit au langage populaire, la crise de nerfs est souvent considéré comme une crise d'hystérie. La mauvaise utilisation du vocabulaire français, où la volonté d'amplifier un événement arrivant, fausse la perception de ce qui est réel.

 

 


L'hystérique est celui qui permet à la psychanalyse d'avancer, parce qu'il pose sans cesse de nouvelles questions, hors des relations comportementalistes. Justement la psychologie comportementaliste consiste à nommer un symptôme et lui trouver un traitement. Ces derniers tendent à nier l'identité propre de chacun, il a été fait un catalogue de normalité et d'anormalité avec les remèdes pour passer de l'un à l'autre. Très en vogue aux Etats-Unis, encore là, l'être humain est un symptôme et un seul.

 

L'hystérique, dernier rempart contre une société socialisée, normalisée, figée ?

 

 

 


Il y a bien des prénoms parmi d'autres, dont les enfants auront de fortes prédispositions à l'hystérie. L'explication m'en est très difficile et très délicate. Par le biais d'observations et de recoupements, difficile de rencontrer tous les porteurs de ces prénoms en France pour vérifier qu'ils possèdent bien toutes ces composantes. Il m'est donc impossible de dresser une liste sans heurter mais cela fera l'objet d'un prochain ouvrage.